Ensemble pour renseigner la population trans et non trans à propos de la transidentité afin de
pouvoir combattre ensemble les préjugés qui l'entourent et ainsi faire avancer les choses socialement.

Message du Parlement européen à l’Organisation mondiale de la santé: la transidentité n’est pas une maladie

| 10:02 PM | 0 Comments | Source : Yagg.com (Judith Silberfeld) | Article mis en ligne le 2011-29-09

If someone want to translate it for us, please contact us :  [email protected]

Par une écrasante majorité, comme le souligne le communiqué de presse(442 voix pour, 104 voix contre et 40 abstentions), le Parlement européen a adopté hier, jeudi 28 septembre, une résolution sur les droits humains, l’orientation sexuelle et l’identité de genre aux Nations unies.

ÊTRE CRÉDIBLE À L’ONU
Dans ce texte, les député-e-s européen-ne-s soulignent que «l’Union européenne et ses États membres devraient garantir le respect des droits de l’Homme dans leurs propres politiques et pratiques, afin de renforcer et de rendre crédible la position de l’Union européenne au sein du CDH», le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Le Parlement européen «reconnaît et soutient les travaux déjà entrepris par le Conseil des droits de l’Homme, le Secrétaire général des Nations unies, le Haut commissaire aux droits de l’Homme, les organes créés en vertu des traités, les rapporteurs spéciaux et d’autres agences des Nations unies œuvrant dans le domaine des droits de l’Homme dans le but de garantir la pleine application des normes internationales en matière de droits de l’Homme, indépendamment de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre des personnes».

Il «se félicite de l’adoption, par le Conseil des droits de l’homme, de la résolution A/HRC/17/19 sur les droits de l’homme, l’orientation sexuelle et l’identité de genre» (lire L’Onu adopte une résolution sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre pour la première fois).

«DÉPSYCHIATRISATION»
Autre point important de la résolution, la condamnation «ferme» du fait que «l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité soient encore perçues par certains pays, y compris au sein de l’Union, comme des maladies mentales et appelle les différents États à lutter contre ce phénomène». À cet égard, le Parlement «demande en particulier la dépsychiatrisation du parcours transsexuel, transgenre, le libre choix de l’équipe soignante, la simplification du changement d’identité et une prise en charge des coûts par la sécurité sociale».

Comme si ce n’était pas encore assez clair (rappelons que la France fait partie des pays qui devraient se mettre à jour sur la question), les député-e-s européen-ne-s insistent: «[Le parlement européen] attire l’attention sur les conclusions formulées par l’Agence européenne des droits fondamentaux dans son rapport intitulé Homophobie, transphobie et discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre (lire L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne appelle à mieux lutter contre les discriminations envers les LGBT); invite la Commission et les États membres à donner suite, dans toute la mesure du possible, aux avis contenus dans ce rapport».

Enfin, le Parlement européen «demande à la Commission et à l’Organisation mondiale de la santé de retirer les troubles de l’identité de genre de la liste des troubles mentaux et du comportement, et de veiller à la reclassification desdits troubles en troubles non pathologiques lors des négociations sur la 11e version de la Classification internationale des maladies (CIM-11)». En clair, la transidentité n’est pas une maladie mentale, ni une pathologie.


Categories: Actualités, Politique, Santé, Société, Sociologie, Transition

Laisser un commentaire

tu dois être enregistré sous pour poster un commentaire.

  • RSS
  • Twitter
  • Facebook