Ensemble pour renseigner la population trans et non trans à propos de la transidentité afin de pouvoir combattre ensemble les préjugés qui l'entourent et ainsi faire avancer les choses socialement.

Cinq trans, cinq destins heureux

| 23:20 | 0 Comments | Source : Le Soleil | Article mis en ligne le 2015-07-12

Découvrez la toute première série docu-réalité originale sur les personnes transgenres. «Je suis trans» à voir dès le 4 janvier! + d'infos : http://bit.ly/1Sm6AL0

Posté par Moi et cie télé sur lundi 7 décembre 2015

je-suis-trans_610x303

(Montréal) CHRONIQUE  / Et si on parlait de transgenres heureux? Après Caitlyn Jenner, la série Transparent et la coiffeuse trans de Orange is the New Black aux États-Unis, au tour du Québec d’aborder le sujet encore tabou dans un docuréalité de 10 épisodes intitulé Je suis trans, une première chez nous, dès le jeudi 7 janvier à 21h, en plein débrouillage de la chaîne Moi&cie. Une série que vous devriez inscrire à votre agenda.

Encore plus que les gais et les lesbiennes, les jeunes transgenres ou transsexuels manquent de modèles qui affichent leur fierté d’avoir fait le grand saut. Les cinq protagonistes de Je suis trans ne sont pas seulement beaux à voir, ils sont inspirants et infiniment attachants, chacun avec leur parcours différent. Certains ont subi la grande opération, d’autres non. Bien sûr, ils ont tous vécu de grandes difficultés, ont pu penser au suicide, mais leur histoire a bien tourné.

Les mentalités évoluent, de sorte qu’ils sont de plus en plus jeunes à entreprendre la transition vers l’autre sexe. Vous tomberez sous le charme de Khloé, 14 ans, qui s’habillait en garçon pour aller à l’école jusqu’au printemps dernier. Quand vous la verrez jouer avec les amies de son âge, vous vous demanderez vraiment comment elle a pu un jour être un garçon. La présence d’une mère compréhensive a certainement fait toute la différence.

Vous vous souvenez peut-être d’Alexis Comte, dont le passage à Tout le monde en parle en 2007 avait suscité l’admiration. Alors en processus de changement de sexe, il avait projeté l’image saine d’une transition réussie, ce qu’on ne voyait que trop rarement. Presque neuf ans plus tard, le jeune homme de 31 ans est papa d’une petite fille et mène une vie heureuse avec sa blonde.

Zacharry-David, 26 ans, a pris la décision de s’affirmer en garçon après avoir vu Alexis sur le plateau de Guy A. Lepage. Et il n’est sûrement pas le seul. Pour se faire à l’idée, sa mère avoue qu’elle avait peu de ressources à Québec pour y voir clair. On comprend aisément que certains parents vivent cette étape avec douleur; voir sa fille devenir un garçon ou l’inverse n’est pas banal.

Le cas de Jesyka, 26 ans, est tout aussi inspirant, et celui de sa mère, tout autant. Le voyant dépérir, c’est elle qui a demandé spontanément à son fils s’il n’était pas en réalité une fille. C’est le go qui lui manquait pour devenir la belle grande femme qu’elle est aujourd’hui. La série, qui va assez loin dans l’intimité de ses sujets, abordera les questions plus privées comme la transformation des organes génitaux, qui suscitent certainement la curiosité.

Enfin, l’aînée des cinq, la militante, Danielle, a 37 ans. Sa mère avait dit jadis à son fils qu’elle le renierait s’il lui annonçait qu’il était gai; aujourd’hui, elle aime sa fille et ne se verrait jamais séparée d’elle. Par contre, Danielle n’a plus de contact avec sa soeur ni son frère, qui ne l’acceptent pas; tout n’est pas parfait.

À la réalisation, il est manifeste que Mathieu Baer aime ses sujets. La série montre cinq trans, mais surtout cinq êtres qui ont toute leur tête. Pas le moindrement étranges, juste des gens qui se sont enfin trouvés.

Categories: Actualités

Laisser un commentaire

tu dois être enregistré sous pour poster un commentaire.

  • RSS
  • Twitter
  • Facebook